Laurent Marcovick Impressions, expectations and views on the future of mobility

De l’électricité dans l’ère

D

Si vous vous êtes récemment baladé à Paris, vous vous êtes sûrement laissés surprendre au dernier moment par de singuliers sifflements, pas toujours discrets. Autolib’, Vélib’, scooters CityScoot et COUP, trottinettes, skates Evolve, gyropodes et gyroroues : les modes de déplacement actuels, pour certains futuristes, misent tout sur l’électrique.

Si l’on peut se réjouir que les stations-services aux relents d’huile et d’essence cèdent peu à peu leur place à des bornes pensées pour faire partie intégrante du mobilier urbain, le tout électrique est-il réellement la solution mobile de demain ? Si l’objectif de rues dénuées de véhicules essence et diesel à l’horizon 2030 est dans tous les grands projets de la capitale française, le remplacement du parc automobile français doit-il obligatoirement se faire à l’électrique classique ?

L’exemple des pompiers de Saint-Lô, dans la Manche, ne serait-il pas à suivre ? Avec un parc de véhicules fonctionnant à l’hydrogène, ce sont une nouvelle fois les hommes du feu qui se positionnent en super héros des temps modernes.

Généré par l’électrolyse de l’eau, avec un courant issu de l’électricité renouvelable ou par le reformage du biogaz issu du traitement de déchets ou de la biomasse, l’hydrogène vert semble être une alternative qui vaut le détour.

Il serait malgré tout utopiste et faux de penser qu’un véhicule actuel, qu’il fonctionne à l’hydrogène vert ou avec une motorisation électrique classique, soit 100% “propre”. Ainsi, le challenge de la mobilité de demain commence bien avant la mise en circulation d’un véhicule, dès sa fabrication. Le fonctionnement de la chaîne de production, et en particulier la partie assemblage de batterie, reste aujourd’hui encore, extrêmement énergivore.

C’est là où certains constructeurs ont d’ores et déjà pris le problème à bras le corps. Ainsi, dans l’usine de Flins où Renault assemble ses modèles “Zoé”, les 40 à 50% de chutes de matériaux sont intégralement recyclés, l’éclairage de la chaîne de production passe automatiquement en mode veille durant les pauses des employés, et surtout, la capacité des batteries a été doublée sans que leur volume n’en soit impacté.

Le temps où l’on ne pensait qu’aux véhicules en circulation est révolu. Désormais, la responsabilité sociale des entreprises (RSE) encourage les constructeurs à optimiser leurs solutions, de la conception initiale à l’utilisateur final.

Faire de la mobilité un concept de développement durable et de progrès pour tous est une priorité absolue du monde de demain et c’est à nous, consommateurs d’en être acteurs et non de simples spectateurs.

LM.

 

About the author

Laurent Marcovick

Welcome to my blog, here stand my impressions, my expectations and my views on the future of mobility.
All inputs and reactions are welcome, but please source my articles if you repost or use them.
We’re here to share and create a future as bright, smart and connected as possible!

Read you soon!

By Laurent Marcovick
Laurent Marcovick Impressions, expectations and views on the future of mobility